Histoire 1729-2014

Depuis ses origines, Perrelet a continué d’innover au sein de l’horlogerie. Une audace enracinée dans son ADN et ses valeurs. Inventeur de la montre automatique il y a près de 250 ans, Perrelet n’a eu cesse de magnifier son esprit pionnier, avant-gardiste et sa maîtrise dans l’élaboration de ses garde-temps. Des valeurs clés, comme une rigueur technique ainsi qu’une précision extrême qui se mettent au service d’une vision : perpétuer l’héritage horloger du mythique fondateur de la marque, Abraham-Louis Perrelet et de ses successeurs, comme Louis Frédéric Perrelet.

1729

Naissance d'Abraham-Louis Perrelet dans les montagnes neuchâteloises, au Locle, en Suisse. Passionné par les métiers de l'horlogerie, il se consacre dès l'adolescence à la construction d'un certain nombre d'instruments de précision. La maîtrise de son art, ses compétences reconnues et son génie créatif en feront une des plus grandes références horlogères de tous les temps.

1777

Abraham-Louis Perrelet se consacre dès les années 1770 à mettre au point un système qui, à partir d'une impulsion initiale, continuerait à fonctionner indéfiniment. C'est en 1777 qu'il concrétise son invention totalement révolutionnaire: le mouvement à remontage automatique. A ce jour, personne n'a trouvé mieux pour donner vie aux calibres mécaniques, et son invention continue à marquer l'histoire horlogère.

1780

Abraham-Louis Perrelet met au point le premier podomètre et devient également le premier à confectionner des montres avec échappement, à cylindre, à duplex, à quantième et à équation. Il peaufine encore le finissage, améliore les pignons, les roues, l'échappement et son unique mécanisme à remontoir automatique.

1781

Héritier du génie horloger de son grand-père, Louis-Frédéric Perrelet voit le jour en 1781. Manifestant une prédisposition pour la mécanique et les mathématiques, il est formé par son grand-père avant de s'établir à Paris pour y étudier dans les ateliers de Breguet. Grâce à ses talents, il s'illustre rapidement en tant qu'horloger indépendant.

1823

Ses intérêts croissants pour l'astronomie, la physique et les sciences conduisent Louis-Frédéric Perrelet à concevoir des horloges dites "savantes". Une pendule astronomique conçue en 1815 et présentée à l'Exposition universelle de Paris en 1823 le consacre comme horloger-mécanicien de trois rois de France.

1827

A l’occasion de l'Exposition des produits de l'industrie française, il présente un exceptionnel compteur de physique et d'astronomie à rattrapante. Cette pièce, pour laquelle un brevet lui est officiellement décerné en mars 1828, lui vaut la médaille de l'Académie des Sciences en 1830.

1834

Preuve honorifique de sa réputation d'envergure européenne, de son talent et de sa persévérance, Louis-Frédéric Perrelet, en plus des multiples médailles d'or qu'il reçoit, est élevé au grade de Chevalier de la Légion d'Honneur.

1995

La maison Perrelet développe, met au point et produit le premier calibre automatique dit "à double rotor". Un système unique en son genre, qui lie la masse de remontage du système automatique à un rotor côté cadran. Le modèle Dipteros inaugure ainsi une étape importante pour le futur de la marque, et laisse présager des développements inédits et exclusifs.

2009

Perrelet présente le modèle emblématique Turbine. Inspiré par le mouvement dit "à double rotor", la masse côté cadran se transforme en hélice qui impressionne par sa vitesse de rotation extrême. La Turbine ouvre ainsi la porte à des créations artistiques et horlogères uniques, authentiques.

2012

Perrelet franchit un pas décisif sur la voie de l’autonomie en adoptant et en équipant la plupart de ses garde-temps du calibre P-321, le premier mouvement manufacture entièrement conçu et réalisé au sein de ses ateliers. De nouvelles complications horlogères sont par la suite, venues encore enrichir cette base de calibre. Perrelet acquiert ainsi une autonomie de production totale, gage de sa liberté de création et de sa légitimité horlogère.

2013

Perrelet présente la Turbine Chrono, démontrant ainsi sa créativité, capable de combiner l'effet Turbine avec une complication horlogère. La même année, Perrelet lance également son modèle Turbillon, savant mélange de la Turbine avec un calibre Tourbillon, manufacturé au sein de ses propres ateliers. Au travers de ses deux grandes nouveautés, Perrelet démontre son savoir-faire horloger et sa capacité à continuellement réinventer son concept "Turbine".

2014

La Turbine prend de la hauteur. La Maison présente la Turbine Pilote : un hommage à l’univers de l’aviation qui, tout comme celui de la Haute Horlogerie, se base sur l’audace et le calcul. Cette collection présente une Turbine associée a une règle à calcul aéronautique. La même année, Perrelet présente son modèle Turbine Skeleton qui combine la roue en titane à dix pales caractéristique de la collection Turbine et un mouvement squelette entièrement manufacturé.

2015

Perrelet célèbre le vingtième anniversaire de son concept emblématique Double Rotor. Avec la collection First Class Double Rotor Skeleton, munie d’un mouvement manufacture maison, le calibre P-481, Perrelet allie la tradition horlogère de son concept innovant Double Rotor à son savoir-faire dans l’art du squelettage.